NUMÉRISATION 3D DE LA STATION DE MÉTRO RÉPUBLIQUE À PARIS 1/2

//NUMÉRISATION 3D DE LA STATION DE MÉTRO RÉPUBLIQUE À PARIS 1/2

NUMÉRISATION 3D DE LA STATION DE MÉTRO RÉPUBLIQUE À PARIS 1/2

Début 2018, LevelS3D a été sélectionné par le Groupe RATP pour participer à son challenge « Tech for Infrastructure Design » lors du salon Vivatech Paris. C’est à cette occasion que nous avons pu rencontrer différents interlocuteurs du Groupe avec qui nous avons échangé autour de nombreux cas d’usages (BIM, maintenance, ingéniérie, expérience client, etc.) ayant pour réflexion commune la numérisation 3D d’un espace. Nous avons présenté en avant-première notre nouvelle offre de service de scan 3D de grands bâtiments couplée à notre application mobile S3D Capture pour la mise à jour et la maintenance des modèles 3D. Nous avons terminé à la seconde place de ce challenge et nous avons surtout pu repartir avec de précieux échanges nous permettant d’envisager de futures collaborations entre la RATP et LevelS3D. (Photo: Yannick Folliard au salon Vivatech Paris)

Un projet de numérisation atypique

Quelques semaines après Vivatech, nous sommes contactés par le Groupe RATP pour un premier projet de numérisation d’une station de métro parisienne avec un objectif un peu particulier. En effet, plutôt habitués à des numérisations ayant pour objectif de générer des nuages de points en vue d’une modélisation 3D, nous avons été sollicités pour faire un inventaire photo de toutes les infiltrations présentes dans la station de métro République avant le début des travaux. L’objectif était donc de cartographier l’intégralité de la station et de pouvoir accéder depuis n’importe quel endroit à une photo haute définition permettant d’identifier les infiltrations et leur état au moment de la numérisation.

Une préparation indispensable

La station République, avec ses 12.000 m2, fait partie des plus grandes stations du réseau RATP, elle dessert cinq lignes (3, 5, 8, 9, 11) et présente un enchevêtrement de couloirs digne des plus grands labyrinthes. L’inventaire devant être exhaustif, le plus grand challenge reposait donc sur la nécessité de tout numériser et de ne pas oublier certaines parties de la station. Nous avons donc dû réfléchir à la création d’itinéraires à suivre nous permettant de couvrir de façon logique et optimisée la totalité de la surface. L’autre contrainte portait sur les créneaux d’intervention qui devaient être la nuit pendant la fermeture de la station soit seulement quatre heures par nuit de une heure à cinq heures du matin. Nous avons finalement conclu de réaliser la numérisation sur deux nuits en prenant un peu de marge sur les horaires d’ouverture et de fermeture.

Sans une connaissance approfondie de la station, il nous était impossible de pouvoir créer les itinéraires par nous-mêmes. Les équipes de la RATP nous ont donc fourni de précieuses informations : des plans 2D de la station ainsi que les itinéraires à suivre pour être sûr de ne rien oublier et pour optimiser le temps de parcours.

Enfin, nous avons effectué un repérage sur site pour bien identifier les itinéraires ainsi que les potentielles difficultés que nous pouvions rencontrer. Nous avons plongé dans les coulisses d’une station de métro en commençant par la visite d’inspection commune préalable à notre intervention qui nous a beaucoup aidés pour appréhender les problématiques d’accès notamment. En effet, au-delà d’une architecture atypique, une station de métro comporte surtout des contraintes de sécurité et d’accès qu’il faut respecter : des escaliers mécaniques à sens unique qui ne fonctionnent pas la nuit, des portiques pour gérer les entrées et sorties des usagers ou encore des zones à éviter comme les bordures de quais.

Une numérisation complexe

Nous sommes arrivés sur place un peu après 22h. Nous avons pu stocker notre matériel dans une salle de repos située derrière le guichet ou les différents personnels de la RATP s’intriguaient de nous voir assembler notre matériel. En préambule, il faut préciser que nous utilisons un chariot de numérisation équipé de capteurs 3D et d’appareils photos HD 360°. Celui-ci nous permet de capturer la géométrie du bâtiment mais également de prendre des photos de la scène tous les 2 mètres. Le gros avantage de la technologie est la rapidité d’acquisition des données où, contrairement à la plupart des scanners statiques, les données sont acquises en continu sans avoir besoin de multiplier les stations, permettant de numériser beaucoup plus rapidement. Il mesure un peu moins de 2 mètres (déplié) et pèse plus de 40 kg. Les escaliers mécaniques étant hors service la nuit, le principal problème auquel nous avons dû faire face était donc le franchissement des escaliers dans lesquels nous devions porter le chariot. Et des escaliers dans la station de métro République, il y en a beaucoup !
Certaines lignes de contrôle ne disposant pas de portillons de service nous ont également empêchés d’accéder à certaines sorties que nous avons dues numériser en passant par les accès extérieurs de la station et en traversant la place de la République en plein milieu de la nuit avec le chariot. Ce sont dans ces cas précis qu’une utilisation de l’application de scan mobile S3D Capture se révèle être très complémentaire pour couvrir des zones difficiles d’accès afin de gagner du temps et s’éviter des manœuvres périlleuses.
By |2019-03-22T17:01:12+02:00février 18th, 2019|Categories: News|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment